Le blog du confinement 2020 se trouve ici

Bienvenue à la porte d'entrée de Denis Quéva...

Cette page donne accès aux contenus proposés, qu'il s'agisse des images, des textes ou des contributions.

On pourra aussi à partir d'ici accéder au blog perso au jour le jour ainsi qu'au blog des humeurs du champ politique et social.



mardi 6 janvier 2015

Belle Haute-Marne




Qu'ils sont beaux les paysages de ce département... Qu'il est désert aussi, dans la vallée de la Blaise où l'on était, comme partout ailleurs. Les témoignages de la présence humaine sont nombreux, à commencer par Metallurgic Park (quel nom !) à Dommartin, tentative très interessante de mettre en valeur la déjà ancienne pratique de la fonderie d'art, qui a notamment fait naître les fantaisies de Guiimard pour le métro parisien. Des entreprises sont restées, mais si peu compte tenu de tout ce monde, qui depuis le XV° siècle, peuplait cette vallée de fondeurs.

Voltaire a passé beaucoup de temps - 15 ans - tout près, à Cirey sur Blaise, dans le beau chateau mansardé et élégant d'Emilie du Chatelet, grande scientifique, mathématicienne et physicienne, qui fut bien plus que la maîtresse de Voltaire. Elle a notamment traduit Newton, rien que cela. Elle fut pressentie pour intégrer le Pantheon pour, au nom de la parité de la représentation des "grands hommes"... Quelle injustice des sociétés, que de laisser une telle personnalité dans l'ombre uniquement parce qu'elle est femme.

De Gaulle, né à Lille, se fit lui aussi adopté par la Haute Marne à Colombey les Deux Eglises où il devint propriétaire bien avant qu'il soit général de cette ancienne brasserie devenue "Boisserie". Pas de photos de l'intérieur, pas plus qu'à Cirey. Dommage, on aurait aimé prendre cette fabuleuse vue sur la côte des Bar qu'il avait voulue de son bureau... Vue sur la vieille Gaule, en somme.

Quant au Mémorial et surtout au bel équipement qui accueille confortablement les visiteurs et présente une exposition permanente détaillant la vie du désormais grand homme, rien à redire, rien à critiquer, rien à reprocher, même en cherchant bien. Mise en scène vivante et attractive, iconographie impeccable et fouillée, parcours limpide très agréable... même les affiches anti-gaulliennes de mai 1968 peuvent s'acheter à la boutique.

La surprise fut aussi Colombey les Deux Eglises lui-même, village connu il y a longtemps : la proximité du Général lui a bien servi, ou plutôt, le village a su exploiter le flot des visiteurs plus a bon escient et en profiter pour s'embellir. Du coup, un passage voire un repas ou un goûter dans Colombey trouve son agrément sans problème.