Le blog du confinement 2020 se trouve ici

Bienvenue à la porte d'entrée de Denis Quéva...

Cette page donne accès aux contenus proposés, qu'il s'agisse des images, des textes ou des contributions.

On pourra aussi à partir d'ici accéder au blog perso au jour le jour ainsi qu'au blog des humeurs du champ politique et social.



samedi 28 août 2010

Voyage en Pologne, suite : Biskupin et Gdansk

Le voyage continue : cliquer sur chaque image pour accéder aux images de Gdansk et de Biskupin

Grande ville hanséatique par excellence, Gdansk et son agglomération offrent tout ce qu'une ville portuaire nord-européenne importante peut offrir, le vent de la liberté en plus de celui de la Baltique. Gdansk, en plus de tout le reste, est désormais - aussi et surtout - la ville de Solidarnosc. Alors il faut choisir ses buts de visite. Outre les passages obligés comme le centre ville historique et l'entrée des chantiers navals, le grand quartier d'Oliwa,  où il a fait bon habiter ces quelques jours, fut l'objet de plusieurs visites "en voisin". D'abord pour son vaste et remarquable jardin dans l'inspiration du XVIII° siècle et sa célèbre basilique, où résonnent tous les jours à 10 h 00 les grandes orgues les plus remarquables au monde, disent les amateurs. La démonstration est littéralement époustouflante. Frissons et grande émotion garanties, quand les vibrations de l'instrument, dans tous les registres, vous emportent vers la nef étoilée. Une grandissime expérience musicale, jamais encore vécue. Au final, probablement le but esthétique ultime du voyage, à peine prémédité.


A quelques kilomètres à l'est d'Inowroclaw, Biskupin propose une rare reconstitution d'habitat lacustre du IV° siècle avant JC. On y retrouve partout le souci scientifique d'offrir au public la plus exacte, la plus pédagogique et la plus vivante des ambiances historiques, la beauté du site par dessus le marché.


Mais, enfin, osons l'écrire : si avancée que fut la civilisation lusacienne, on pourrait remarquer qu'à la même époque, Platon enseignait la philosophie dans une Athènes toute de marbre, dominée par un Parthénon flambant neuf. Mais Platon ne savait sans doute pas attraper le poisson ni travailler le bois correctement ni tresser la fibre de lin. Sic transit.