Le blog du confinement 2020 se trouve ici

Bienvenue à la porte d'entrée de Denis Quéva...

Cette page donne accès aux contenus proposés, qu'il s'agisse des images, des textes ou des contributions.

On pourra aussi à partir d'ici accéder au blog perso au jour le jour ainsi qu'au blog des humeurs du champ politique et social.



dimanche 6 mai 2018

L'oppidum de La Cheppe





Tant que les lapins n’auront pas d’historien, l’histoire sera racontée par les chasseurs.

Nous sommes une centaine d'années avant l'ère chrétienne. On trouve ici une ville celte dans la plaine champenoise, enceinte de doubles hauts remparts pour pouvoir se défendre. La rivière est toute proche et une voie romaine arrivera bientôt. Tout est en bois, tout a disparu... sauf les 21 hectares protégés autrefois et la motte circulaire qui les entouraient.

Pauvres Celtes, qui malgré leur civilisation raffinée et avancée, sont traités de primitifs préhistoriques, quasiment réduits à se réfugier dans les arbres.

Evidemment, cette représentation a été léguée par les écrivains romains, sans qu'aucun texte ne les démente. L'écriture, hélas, n'était pas l'exercice préféré des Gaulois.

Mais il était temps que l'on sorte quand même de ces fables, et que les historiens enfin restituent leur vraie réalité.

Entre temps, l'Oppidum de la Cheppe offre une magnifique balade, toute ronde et toute végétale sollicitant à tout moment l'imagination de l'homme moderne : comment étaient-ils ? Comment habitaient-ils ? Comment vivent-ils ? Comment étaient leurs relations familiales et sociales ?

Beaucoup d'éléments manquent encore, même si la recherche avance beaucoup en ce moment sur "nos" Celtes.

Toutefois, une chose est quasi-certaine : l'oppidum de La Cheppe n'est pas un camp militaire, et n'est pas le camp d'Attila...