Le blog du confinement 2020 se trouve ici

Bienvenue à la porte d'entrée de Denis Quéva...

Cette page donne accès aux contenus proposés, qu'il s'agisse des images, des textes ou des contributions.

On pourra aussi à partir d'ici accéder au blog perso au jour le jour ainsi qu'au blog des humeurs du champ politique et social.



mardi 28 juillet 2015

Stockholm, Capitale du Nord






Quelle ville passionnante ! Stockholm est d'abord une capitale nordique au passé hégémonique glorieux : la Suède rivalisa longtemps avec le Danemark et, à ce titre, s'est acharné d'une part à se parer de tous les atouts d'une grande Capitale supérieure à Copenhague - évidemment - et d'autre part à étendre sa souveraineté sur la Finlande (c'est la moindre des choses) mais aussi sur la Pologne, les Pays baltes et quelques territoires redevenus allemands depuis mais où elle a laissé une forte empreinte, comme on l'a vu dans le dernier voyage baltique.

Capitale de cette puissance, il reste une architecture somptueuse et glorieuse, mais batie sur une myriades d'îles comme émiétées sur la Baltique, ce qui donne à cette ville un cachet tout a fait particulier : ponts, pontons, quais, bateaux de toutes sortes peuplent la ville.

Stockholm n'est plus cette capitale belliqueuse : elle est désormais tranquille, sociale et aimable. Et la population rencontrée, chose rare, est... souriante.

Cette ville à l'évidence est dument pensée, conçue, imaginée, pour y rendre la vie facile et agréable. Vive Stockholm. Il n'y a plus qu'à en profiter.

Stockholm est également le siège d'une monarchie, confiée d'ailleurs à Bernadotte, le général de Napoléon qui l'a sauvée des griffes de l'ours russe quand ce pays ne savait plus à qui donner sa couronne. Monarchie proche et simple, qui laisse visiter en toute quiétude son  immense palais. Curieux sentiment, que de se promener si librement dans le "Kungliga Slottet", ou bien est-ce la proximité de cette monarchie avec la France qui laisse cette impression ?

Et puis cela aurait pu être le but du voyage : le Musée Vasa. Grand paradoxe quand même : le bateau coula aussitôt après sa mise à l'eau en 1628. Renfloué seulement en 1961, il s'expose maintenant au public dans tous ses détails. Et de tous les autres, qui, eux, ont bien pris la mer, il ne reste au final rien. Quelle ironie que ce bateau qui n'a jamais navigué soit au final le seul témoignage de l'époque de la marine à la voile du XVII° siècle !