Le blog du confinement 2020 se trouve ici

Bienvenue à la porte d'entrée de Denis Quéva...

Cette page donne accès aux contenus proposés, qu'il s'agisse des images, des textes ou des contributions.

On pourra aussi à partir d'ici accéder au blog perso au jour le jour ainsi qu'au blog des humeurs du champ politique et social.



samedi 22 mai 2010

Reportage Ile de Ré




L'île de Ré est un univers "entre deux" qui lui donne un charme extraordinaire : entre ciel et mer, les deux se confondant souvent à l'horizon dans la brume atlantique ; entre sables et eaux, la récente tempête ayant rappelé avec force que l'océan  peut reprendre ses droits naturels à tout moment sur l'île, dont le point le plus haut culmine à 9 mètres ; entre nature et culture, les nombreuses activités humaines de tous les âges ayant laissé force vestiges, constructions, fortifications ; entre monde méditerranéen et monde atlantique, son ensoleillement comparable à celui du sud de la France laissant prospérer une flore aux aspects analogues... Il faut évidemment profiter de cette île quand elle est déserte ou quasiment - hors saison, en semaine - même si  les efforts déjà anciens des rétais pour contenir la marée touristique sont fort visibles et apparemment réussis : nombreux espaces naturels laissés intacts malgré l'énorme pression foncière, pistes cyclables confortables partout pour contenir l'envahissement automobile , interdiction de tout affichage publicitaire hors site commercial, limitation draconnienne des espaces réservés au camping, longues plages de sables laissées à l'état naturel sans aucun équipement, ni légal, ni illégal. L'île de Ré est un cours d'urbanisme durable à ciel ouvert, preuve s'il en est de la capacité des pouvoirs publics, quand ils le veulent de préserver l'environnement tout en laissant place à l'homme. Mais évidemment la médaille à son revers :malgré un niveau de prix très raisonnable pour toute fourniture courante, les prix de l'immobilier et des hébergements provoquent de facto un élitisme économique dont les rétais profitent, certes, mais dont ils sont aussi victimes, eux dont leur propriété de famille atteint des valeurs telles qu'ils en sont, pour certains, assujettis à l'ISF, mais sans autre fortune que leur champ.